Virémie sévère et EMI

C’était le soir du 24 juillet 1985 vers 11h30. J’étais hospitalisée à l’Hôtel-Dieu de Montréal suite à une sévère virémie contractée lors d’un voyage en Europe. Il s’est produit à ce moment-là un événement qui a fait basculer les assises de mon monde. Comment le dire plus simplement ? Je suis morte et je suis revenue. Avec la certitude qu’on ne meurt pas, qu’on continue ailleurs dans un autre espace que j’ai appelé par la suite « de l’autre côté des choses ». Des millions de personnes à travers le monde ont elles aussi vécu une expérience semblable de mort imminente, j’étais loin d’être un cas isolé ! Cette intrusion brutale au cœur d’une réalité dilatée, absolue, qui n’avait pourtant aucune commune mesure avec ce que je connaissais déjà, m’a semblé étrangement familière. C’était comme de revenir à la maison… Après toutes ces années, l’émerveillement autant que le mystère de ce moment restent entiers. Plus important encore, ce sont les changements que cet événement a provoqués dans ma vie !


Intégration

Voici un extrait ainsi qu'un poème tirés du livre « De l’autre côté des choses » :

..On me demande souvent ce qui s'est passé à ce moment-là. « As-tu vu le tunnel? Es-tu entrée dans la lumière? Y avait-il des personnes qui t'attendaient? As-tu flotté au-dessus de ton lit? » J'aimerais tant qu'on cesse de ramener toute l'importance d'une expérience comme celle-là sur ces images. Elles ne sont finalement qu'une création ultime du cerveau à l'instant où nous réintégrons notre enveloppe. Si nous étions des dauphins, nous reviendrions de là-bas avec une collection de sonorités inconnues et de rythmes différents qui tenteraient vainement, comme nos pauvres images, de décrire l'inexprimable.

LE PONT

  • Nous bâtirons un pont de cristal
  • Sur la douleur du monde
  • Un très grand pont tout en cristal
  • Pour la beauté du monde
  • La planète est une île
  • Dont on est prisonnier
  • Car on meurt tous de faim
  • Quand meurt l'autre moitié
  • C'est notre enfant qui pleure
  • Quand sa mère est blessée
  • La nature se venge
  • Au point de non-retour
  • Elle laisse pousser
  • Dans les champs qu'on laboure
  • Des missiles glacés
  • Pointés sur nos amours
  • Nous bâtirons un pont de cristal
  • Sur la douleur du monde
  • Un très grand pont tout en cristal
  • Pour la beauté du monde
  • La planète est en guerre
  • On est tous en sursis
  • Mais pourtant des enfants
  • Nous naissent dans la nuit
  • Leurs yeux sont différents
  • Et leurs mains grandes ouvertes
  • Ils disent en souriant
  • Qu'ils nous viennent d'ailleurs
  • Comment savent-il déjà
  • Sans qu'on leur ait appris
  • S'allumer dans la nuit
  • Et guérir en couleurs?
  • Nous bâtirons un pont de cristal
  • Sur la douleur du monde
  • Un très grand pont tout en cristal
  • Pour la beauté du monde
  • La planète s'explose
  • Et les temps s'accélèrent
  • Un grand espoir vivant
  • Met des signes au soleil
  • Et l'on se reconnaît
  • Sans même se toucher
  • On se donne la main
  • On s'embrasse d'amour
  • Sans savoir nos prénoms
  • Quand on fixe le ciel
  • C'est qu'on rêve d'un pont
  • Nous bâtirons un pont de cristal
  • Sur la douleur du monde
  • Un très grand pont tout en cristal
  • Pour la beauté du monde
  • Par deux, tout seul, ou par millions
  • Sans se connaître et de partout
  • On dresse les piliers d'un pont
  • Qui lentement monte vers vous
  • Qui lentement monte vers vous...

« De l'autre côté des choses », de Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., comédienne et auteure
Éditions Libre Expression, Montréal, 1996 (pp.379/382)
Site de la "Fondation Boule de Rêve"